Vous êtes ici

Tumeurs thymiques

  • Cisplatin and irinotecan combination chemotherapy for advanced thymic carcinoma: evaluation of efficacy and toxicity.

    0
    Revue: Lung Cancer

    Ce mois de décembre est riche en études rétrospectives monocentriques japonaises dans les carcinomes thymiques : nous en avons analysé une aujourd’hui (/prev-em-onco/2665), en voici une autre. Cette fois c’est l’association cisplatine et irinotecan utilisée fréquemment dans les cancers bronchiques à petites cellules disséminés au Japon qui fait l’objet de cette étude qui porte seulement sur 9 patients parmi 20 patients atteints de carcinome thymique qui ont reçu de la chimiothérapie : 5 réponses partielles et 3 stabilisations ont été observées avec une tolérance correcte (2 neutropénies de grade ≥3, sans neutropénie fébrile).

    Il est dommage que cette étude rétrospective monocentrique comporte aussi peu de patients, ce faible nombre et le fait qu’on ne connaisse pas les raisons pour les quelles seulement 9/20 patients traités pendant cette période ont reçu ce traitement interdisant à notre sens toute conclusion.  

    Thematique: Tumeurs thymiques
  • Usefulness of 18-F FDG PET/CT in the pre-treatment evaluation of thymic epithelial neoplasms.

    1.02
    Revue: Lung Cancer

    Le but de ce travail rétrospectif est d’évaluer l’utilité de la TEP-FDG pour le bilan initial des tumeurs thymiques : 26 patients consécutifs atteints d’une tumeur de stade et de type différents ont été évalués par TEP-FDG.

    Il ya avait une corrélation entre d’une part la SUVmax (maximum standardized uptake value), et le rapport entre la SUV tumorale et la celle du médiastin (T/M) et d’autre part le stade selon la classification de Masaoka et la classification histologique.

    De même, malgré le petit nombre de patients il existait une différence significative entre ces données et le risque de récidive apprécié de la façon suivante :

    • types A, AB, and B1 = thymome à faible risque,
    • B2, B3 et carcinome thymique = thymome à risque élevé (cf ci dessous)

    Risque

    SUVmax

    T/M

    Bas risque

    4±1,7

    2±0,5

    Risque élevé

    14,1±8,3

    7,8±5,2

    Comme les auteurs le soulignent ces résultats sont intéressants mais le fait qu’ils ne portent que sur un petit nombre de patients n’autorise pas à des conclusions définitives pour les choix thérapeutiques individuels. 

  • Phase II Study of Carboplatin and Paclitaxel in Advanced Thymoma and Thymic Carcinoma

    2.01
    Revue: Journal of Clinical Oncology

    Les chimiothérapies à base de cisplatine et d’anthracyclines (PAC) constituent la chimiothérapie de référence des tumeurs thymiques avec un taux de réponse de 55 à 90% et un taux de survie à 5 ans de 30 à 55%. 

    Néanmoins l’administration d’anthracyclines conjointement à la radiothérapie expose à des complications cardiaques, d’où cette étude prospective de phase II de l’ECOG.

    Au total 44 patients éligibles sur 46 inclus (21 thymomes et 23 carcinomes thymiques)  ont été traités en première ligne (chimiothérapie péri-opératoire autorisée si la survie sans récidive jusqu’à la date de la récidive était supérieure à un an). Ils ont reçu carboplatine AUC 6 et paclitaxel 225 mg/m2 (J1=J22) . Deux cycles étaient administrés, poursuivis jusqu’à 6 si efficacité sans toxicité majeure.

    Seulement 21 sur 43 patients ont reçu 6 cycles de chimiothérapie. Les taux de réponses n’étaient que de 43% pour les thymomes (3 réponses complètes) et 21% pour les carcinomes thymiques sans réponse complète.

    La toxicité était essentiellement hématologique (25% de neutropénies de grade IV).

    Thematique: Tumeurs thymiques
  • Phase II Study of Belinostat in Patients With Recurrent or Refractory Advanced Thymic Epithelial Tumors.

    2.01
    Revue: Journal of Clinical Oncology

    Les Histone deacetylases (HDACs) sont des protéines liées à l’ADN et régulant sa réplication et sa transcription. Plusieurs inhibiteurs des HDACs ont été développés tel le vorinostat développé dans le traitement des lymphomes T cutanés ou le belinostat qui est en cours de développement dans plusieurs types de tumeurs. En phase I, une réponse mineure dans un cas de tumeur thymique avait été observée.

    Cette étude de phase II a comme objectif principal la réponse. Elle concerne des patients porteurs de tumeurs thymiques avancées ayant reçu au moins une ligne de chimiothérapie comportant un sel de platine.

    En 3 ans, 41 patients ont été inclus 25 avaient un thymome et 16 un carcinome thymique. Entre les deux il y avait deux différences : les patients avec des carcinomes thymiques ont reçu moins fréquemment des anthracyclines et 4 patients porteurs de thymomes avaient des myasthénies graves, alors qu’aucun n’en avait parmi les carcinomes thymiques.

    Le belinostat était administré à la dose de 1g/m2 (J1-5) tous les 21 jours.

    Deux réponses partielles et 25 stabilisations ont été observées. La tolérance a été correcte (fatigue, troubles digestifs) et le taux de survie était de 19 mois, plus long pour les patients ayant un thymome que pour ceux ayant un carcinome thymique.

    Les stabilisations ont souvent été prolongées, stabilisations prolongées surtout observées dans les thymomes et qui – selon les auteurs - ne peuvent pas être uniquement dues au caractère indolent de ces tumeurs.  

    Une étude en première ligne où le Belinostat est associé à la chimiothérapie est en cours :  http://www.clinicaltrials.gov/ct2/results?term=NCT01100944. 

    Thematique: Tumeurs thymiques

Pages