Vous êtes ici

Essai clinique

  • Dans le bras Placebo, l’incidence des événements secondaires est élevée, même pour les grades 3 et 4.

    2.01
    Revue: Journal of the American Medical Association

    Le but de cette étude est de rapporter la fréquence des événements secondaires rapportés au traitement dans les bras placebo dans de grands essais cliniques récents explorant en adjuvantles thérapies ciblées ou l’immunothérapie.

    A partir de 731 publications, 26 ont été sélectionnées et 10 finalement retenues et incluses dans cette méta-analyse. Elles concernaient 10 essais randomisés de phase III portant sur de très grands nombres de patients et conduits dans 4 types de tumeurs : le mélanome (n=4), le cancer bronchique non à petites cellules  (n=1[1]), les tumeurs stromales gastrointestinales (GIST) (n=1) et le cancer du rein (n=4). Il y avait 64% d’hommes, presque tous les patients avaient un PS à 0 (76,9%) ou 1 (22,3%). Ces études comprenaient au total 11 143 patients dont 6270 (56,3%) âgés en moyenne de 55,6 ans dans les groupes traitement et 4873 (43,7%) âgés en moyenne de 55,9 ans dans les groupes placebo. 

    L’incidence moyenne des événements secondaires de tous grades rapportés au traitement dans le groupe placebo était de 85,1%. 

    L’incidence moyenne des événements secondaires de grade 3 et 4dans les bras placebo était de 19% quand il s’agissait d’un placebo oral et 17% quand il s’agissait d’un placebo injectable. Cette incidence comme on le voit sur le tableau ci-dessous était de 18% dans les mélanomes et 19% dans les cancers du rein avec une hétérogénéité élevée.   Les plus fréquents étaient l’HTA, la fatigue et la diarrhée. 

     

    N d’essais

    N de malades

    Fréquence (95%CI)

    Mélanome

    4

    1655

    0,18 (0,14-0,23)

    Cancer bronchique non à petites cellules 

    1

    757

    0,15 (0,13-0,18)

    GIST 

    1

    345

    0,18 (0,15 -0,23)

    Cancer du rein 

    4

    2116

    0,19 (0,14-0,25)

    La fréquence de ces événements était corrélée avec le traitement (placebo ou traitement expérimental) .

    A noter enfin que ces événements secondaires ont conduits à l’arrêt du placebo dans 3,9% des cas.  

    Il est bien connu que la prise d’un médicament qui ne contient aucun principe actif peut améliorer les symptômes dans un pourcentage de cas qui atteint 20 à 30%. Il est connu aussi que la prise d’un médicament qui n’a aucun principe actif peut entraîner des symptômes qui sont alors considérés comme des événements secondaires rapportés au traitement. La plupart de ces évènements apparaissent alors qu’ils sont décrits dans la feuille d’information. Par exemple, si la céphalée est décrite comme un événement secondaire du traitement expérimental, sa survenue dans le bras placebo sera le plus souvent rapportée au traitement. 

    Cette étude a été menée à partir de 10 grands essais de phase III dans différents cancers et chez des malades a priori peu symptomatiques, puisqu’il s’agit de traitements adjuvants. Elle montre bien la fréquence élevée de ces événements dont près de 20% sont de grade 3 ou 4 et dont 5% dans certaines études conduisent à l’arrêt du traitement. 

    Cette étude, qui intéressera tous les acteurs de la recherche clinique, permet de souligner combien il est difficile d’attribuer avec certitude un événement secondaire à un traitement expérimental.  

     

    [1]il s’agit de l’étude Mage A3